Tagged: Test

Le Drone IRDrone Ghost VR
Le Drone IRDrone Ghost VR

Test : L’IRDrone Ghost VR, idéal pour s’entrainer au FPV ?

Mine de rien, trouver un drone pas cher et capable de filmer tout en volant, ce n’est pas toujours si évident… Mais lors de la Gamescom 2017, j’étais tombé sur une entreprise française, IRDrone, qui possède une panoplie de Drone plutôt intéressants !

La société IRDrone était présent à la Gamescom 2017 :) !

La société IRDrone était présent à la Gamescom 2017 🙂 !

Parmi eux, le GHOST, un drone qui a la particularité de d’avoir un retour vidéo, contrairement aux autres petits drone de sa catégorie ! Et à ce niveau de prix, c’est assez inédit… Il suffit de voir les Parrot Swing ou Cargo pour s’en rendre compte !

Si si, il possède bien une caméra :) !

Si si, il possède bien une caméra 🙂 !

Bref, j’ai pu effectué plusieurs vols avec ce drone, dont le dernier fut… Hier à la plage ! Mon avis sur ce drone est simple : Si de prime, il ne paye vraiment pas de mine (fils apparent, qualité de fabrication pas top, et design plutôt moyen), force est de constater qu’il fonctionne… Et même plutôt bien ! Livré avec une télécommande plutôt pratique, il reste facile à piloter… Du moins, tant qu’il n’y a pas de vent !

J'ai l'air heureux avec mon drone, non ?

J’ai l’air heureux avec mon drone, non ?

Du vent ?

Une fois enlevé de son emballage pas super sexy (du coup, pas de unboxing, désolé), on se retrouve avec un petit drone léger et bien équipé : télécommande, caméra et même casque VR font parti du lot d’origine, avec des pales de rechanges et des protections pour les hélices pour le vol intérieur… On apprécie, surtout qu’à mes yeux, c’est principalement dans ce domaine qu’il est utilisable !

Une des particularité de loin île, c’est qu’il y a quasi en permanence des Alizés ! Ce sont des vents qui viennent de la mer, pas forcément très important, mais présents constamment… Le soucis de ce drone, c’est qu’il ne dispose pas de stabilisation. Cela veut dire que si vous lâchez la télécommande, il va tout simplement « s’envoler » avec le vent, du coup, vous devez être constamment sur vos gardes pour éviter de le perdre…

D’autant plus que le drone est extrêmement léger, idéal pour drone d’intérieur, mais un peu moins pour un drone d’extérieur… Et ce n’est pas l’application de contrôle sur Smartphone qui vous aidera, elle est loin d’être un modèle d’ergonomie…

Au final, il reste bien moins agréable à contrôler qu’un Parrot Cargo, qui lui réagit comme un vrai drone Parrot et reste très peu sensible au vent (il est plus lourd et dispose d’un système de stabilisation). En revanche, là où ce Drone VR le surpasse, c’est au niveau du retour vidéo : Inexistant sur le Parrot Cargo & sur le Parrot Swing, il est ici pleinement fonctionnel, permettant d’enregistrer des vidéos sur la carte SD comme… Sur votre téléphone directement ! Si l’on pourrait pester contre le format de vidéo (de l’AVI), la qualité des vidéos reste « regardable » pour du réseau social, mais inutilisable dans le cadre d’un montage par exemple…

Ajoutez les difficultés de pilotage par vent (et même en intérieur puisque pas de capteur d’obstacle ni de stabilisation automatique) et vous obtenez des vidéos rocambolesques. Notez qu’en photographie, ce n’est guère mieux…

Ce n’est pas le 720p qui pose vraiment problème, mais bel et bien l’absence de stabilisation et la qualité du capteur… Enfin pour finir, l’autonomie est dans la moyenne de ce genre de drone, avec une dizaine de minutes de vol ! Quand au FPV, oubliez tout de suite : Entre la résolution de mon téléphone (1280×720) et celle du retour vidéo, autant vous dire que c’était juste inutilisable et désagréable. Il vous faudra monter en gamme pour utiliser une telle fonction dans de bonnes conditions 😉 ! Du coup, on utilisera plutôt ce drone pour faire des acrobaties (double flip latéraux) avec en, bonus la possibilité de voir celles-ci « du point de vue du drone », ou bien encore piloter en ayant pas trop peur de le crasher, car vu son poids, il ne risque pas grand chose en tombant au sol ! Et j’ai déjà du le faire tomber une trentaine de fois, il fonctionne toujours aussi bien 😉 !

A qui s’adresse ce drone ?

Au final, on a droit à un petit drone pas très cher (vous pouvez le trouver régulièrement en promotion) qui peut permettre de s’entraîner à faire des petits points de vue avec un drone. Mais attention : Le drone n’est pas vraiment sécurisant (prise au vent beaucoup trop importante), la qualité de l’image la rend inutilisable pour un montage (à ce niveau là, il faudra prendre un Dji Spark minimum et là, on est à 600€) et enfin l’application IRDrone n’est pas du tout un modèle d’ergonomie… Niveau avantages, vous avez le prix, mais également les pièces détachées vendues à des tarifs abordable (comptez 12€ pour la caméra par exemple), ce qui fait qu’en cas de casse, vous pourrez tenter de réparer votre drone 🙂 !

Classe C

Un drone honnête, sans plus.

Points positifs

Points négatifs

Un drone abordable avec un retour vidéo sur le smartphone ! La qualité de fabrication de l’ensemble.
La télécommande, fournie avec, et se connectant immédiatement au drone. Autonomie assez courte.
La possibilité de contrôler le drone au smartphone également. Vidéos et photos en vol inutilisables.
La finition artisanale (chargeur de batterie, fils apparents).
Le manque de stabilisation empêche de faire confiance à ce drone (sensible au vent)
Panasonic Lumix TZ80
Le Panasonic Lumix TZ80 en test chez Otakugame.fr !

Test : Le Panasonic Lumix TZ80, bonne caméra pour Youtube, mauvais appareil photo pour les blogs ?

Hello ! J’ai décidé de vous faire un test sur ce petit Panasonic Lumix TZ80, que j’ai acheté après avoir passé plusieurs jours à trouver LA perle rare ! J’ai actuellement un projet vidéo pour Otakugame.fr dont le sujet sera la Gamescom 2017 ! J’ai fait le tour de mon matériel et… Non, ça ne me convenait pas.

  • Mon vaillant Canon EOS 1100D, sorti en 2011 quand même, il y a 6 ans donc, une éternité en technologie, me convient très bien en terme de photo. Le vrai soucis, c’est qu’il fait des vidéos en 720p… Avec un focus très aléatoire.
  • Mon Hisense C20 fait des vidéos correcte, mais avec beaucoup de pompage au niveau de la focale, et surtout, pas très lumineux. Cela dit, on parle là d’un téléphone mobile à moins de 200€…

Du coup, je suis parti à la recherche de la perle rare ! Un appareil capable de prendre des vidéos en 4K à 24fps minimum, du 1080p à 60fps, la possibilité de faire des panoramiques et des zoom numérique sans bouger l’appareil, avec des photos de la qualité de mon Reflex et le tout pour  moins de 400€… Mission impossible vous dîtes ?

Comment j’ai fait la rencontre de cette arlésienne ?

C’est assez simple, dès le début, je me suis naturellement tourné vers Canon, pour pouvoir réutiliser mes objectifs ! Du coup, je me suis dit qu’un EOS 100D serait suffisant, mais… Il n’est plus en vente ! En effet, Canon vient de sortir l’EOS 200D, un reflex miniature qui serait juste… Parfait ! Seul petit problème : le boitier nu est vendu un peu plus de 600€, ce qui était hors budget pour moi… D’autant plus que la vidéo se limite à du 1080p, en 60fps certes, mais bon…

Panasonic Lumix TZ80

Lumix… Une marque légendaire ^^ !

Alors évidemment, du côté de Panasonic, il y a le GH5, juste parfait. Vidéo 4K, photos de qualité. Voici ce qu’il me faut ! Le problème, c’est qu’on parle d’un boitier à plus de 2000€… Autant dire que c’est mort pour moi !

Panasonic Lumix TZ80

C’est du 24-700 qui se loge dans ce minuscule boitier !

Du coup, en faisant divers recherche, je suis tombé sur 2 appareils : Le Nikon A900 et le Panasonic Lumix TZ80, tout deux trouvable entre 300€ et 400€ ! Ca tombe pile dans mon budget, sachant que ces deux appareils disposent de l’enregistrement en 4K, que le Nikon dispose d’un écran orientable à 180° quand le Panasonic, lui, dispose d’un écran tactile. Etant donné que ma principale utilisation sera de l’unboxing dans le futur, j’ai choisi le Panasonic, notamment pour ses capacités de « Live Cropping 4K » (en gros, on peut retravailler des mouvements de camera 1080p à l’intérieur d’une image 4K) qui seront vraiment un plus pour le blog !

Bah tu as l’air content non ?

Plutôt oui ! Tout d’abord, les vidéos 4K sont, pour peu que vous utilisiez un pied, juste sublime en terme de détail et de colorimétrie ! A ce niveau, je ne suis pas déçu, et d’ailleurs, j’ai déjà filmé mon premier Unboxing en 4K avec… En étant un peu maladroit d’ailleurs du coup. Mais l’autofocus est souple et très efficace, les 2 micros au dessus de l’appareil me permettent de me passer d’un micro externe (ou de commenter la vidéo sur mon ordinateur), bref, c’est juste parfait, surtout pour 370€ !

Je n’ai pas utilisé toutes les capacités de l’appareil (notamment ce fameux Live Crop 4K), mais je suis déjà très satisfait des capacités de l’appareil ! La vidéo est du coup filmée en 4K 25fps, et même si j’aurais préféré du 24fps, au final, la différence n’est pas visible.

Panasonic Lumix TZ80

On monte en 4K 25 fps tout de même !

Et si l’écran n’est pas orientable, sachez que vous pouvez, via le Wifi, déporter l’écran sur votre Smartphone, via l’App Panasonic de grande qualité, et qui est d’ailleurs la même que l’on trouve, par exemple, sur le GH4 de la marque !

Panasonic Lumix TZ80

La fameuse fonction de crop 4K live 🙂 !

Pour vous faire un comparatif, voici un sliding en 1080p avec le TZ80 (en mode Live Crop 4K) :

Et la même tentative de sliding avec le EOS 1100D :

Il n’y a pas photo, le Panasonic, niveau vidéo, assure grave, et c’est d’ailleurs pour cela que je l’ai pris !

Mais… Il y a toujours un mais !

Je m’étais dis qu’en plus, s’il faisait d’excellentes photos comme semblait le suggérer lesnumeriques.com, j’aurais pu me passer de mon Reflex en voyage ! Sauf qu’en réalité, il n’en est rien. L’appareil utilise un capteur ridicule, limite de smartphone, de taille 1/2″3.

Tailles des capteurs de photo.

Tailles des capteurs de photo. Le Lumix a un 1/2″3, contre du APS-C pour le Canon !

Autant vous le dire tout de suite, les photos sont bruitées sur les RAW, et un filtre antibruit tente de filtrer cela tant bien que mal en donnant un rendu « peinture à l’huile » aux photos… Je trouve ça vraiment abominable ! Voici deux exemples ci-dessous, non retouchées volontairement, et prise dans les mêmes conditions :

Avec un seul sujet

Déjà avec un sujet, on se rend vite compte que l’image est assez plate, avec une gestion des couleurs certes correcte, mais le tout manque de finesse, et niveau artistique, on est vite limité…

Panasonic Lumix TZ80 sample

Panasonic Lumix TZ80 sample

Canon EOS 1100D sample

Canon EOS 1100D sample

Avec 2 sujets

Avec 2 sujets, la profondeur de champ limité de l’appareil devient encore plus un problème. Remarquez que l’on voit plus de reflets ici et pour cause : Je suis obligé d’utiliser le flash pour prendre en photos les sujets à l’ombre ! Heureusement, le flash n’est pas trop agressif sur le TZ80 🙂 !

Panasonic Lumix TZ80 sample

Panasonic Lumix TZ80 sample

Canon EOS 1100D sample

Canon EOS 1100D sample

Avec de multiples sujets

C’est ici que l’appareil atteint ses limites – impossible de focus sur une seule des figurines !  En voulant mettre en valeur la première figurine, au final, on les retrouve toutes « nettes », sans réelles possibilité de contrôle sur la profondeur de champ…

Panasonic Lumix TZ80 sample

Panasonic Lumix TZ80 sample

Canon EOS 1100D sample

Canon EOS 1100D sample

Techniquement, on peut augmenter la profondeur de champs en étant en bout de zoom, mais l’objectif devient alors encore plus sombre, le flash inefficace et du coup… On se retrouve avec une image pas très précise…

Ca va, t’exagère, elles ne sont pas si pourries ces photos…

Je rappelle que les photos n’ont pas été retraitées, et sortes toutes les deux de l’appareil au format JPEG. J’ai compressé certaines photos du Lumix car, 18mp oblige (contre 12mp pour le Canon), certaines ne pouvaient pas être hébergées ici… Comme vous pouvez le voir, dans chacun des cas, la luminosité, tout comme le Bokeh, sont bien mieux géré par un Reflex (entrée de gamme) de 2011 que par cet appareil compact moderne ! Bon, on peut toujours se démerder avec le zoom et le flash, surtout en plein soleil, mais ce sont plus des moyens de compensation qu’une véritable qualité de l’appareil….

Evidemment, là, en prenant des photos de ses fleurs en plein soleil, ça va tout de suite mieux pour le TZ80...

Evidemment, là, en prenant des photos de ses fleurs en plein soleil, ça va tout de suite mieux pour le TZ80…

Du coup, niveau photo de vacance, ok, ça peut passer, niveau photos créative… Un peu moins. Et c’est dommage, car l’appareil dispose d’un écran tactile bien pratique pour faire le focus et d’une fonction « Post Focus » permettant de prendre une photo et de faire le focus après sur l’appareil (à l’image d’un LYTRO)… Ce serait le combo parfait, mais le soucis, c’est que le TZ80 n’a pratiquement pas de profondeur de champ, rendant totalement inutile cette fonction… Rageant !

Conclusion

C’est vrai, ce Lumix dispose d’un zoom énorme 24-700mm (au passage, noté que le 24mm correspond au 18mm de mon Reflex, car les photos sont prises au format 4/3 contre 3/2 pour mon reflex…), mais qui reste peu utilisable car pas du tout lumineux donnant des photos très bruitées ! Si ce genre d’appareil vous intéresse pour faire de la photo en plus de la vidéo, je vous conseille fortement de vous diriger vers un SONY RX100 d’ancienne génération, avec un zoom moins généreux, mais des photos (et des vidéo en 1080p) d’une qualité inégalée ! Sinon, si vous désirez avoir exactement la même chose que ce TZ80, mais avec des photos de qualité, dirigez vous vers le TZ100, qui dispose d’un capteur de 1″… Mais aussi d’un tarif plus élevé d’environ 600€! Et à Et à ce tarif, je vous conseille carrément de passer sur un Canon EOS 200D. Qualité assurée, et évolution possible via les objectifs 😉 ! Bref, ce TZ80 est un bon appareil pour débuter et faire de la vidéo 4K, mais ses capacités s’arrêtent là, et c’est bien dommage…

Un appareil photo honnête, sans plus.

Un appareil photo honnête, sans plus.

Points positifs

Points négatifs

De la vidéo 4K de qualité pour moins de 400€. Un capteur 1/2″3 donnant des photos « qualité smartphone »…
Les fonctions « LIVE CROP 4K », permettant des slides et zoom de professionnel en vidéo. L’objectif est vraiment sombre (F3.3 // F6.4)…
L’autofocus extrêmement réactif.
La stabilisation sur 5 axes, efficace en 4K et quasi parfaite en 1080p !
Le Wifi, permettant de prendre une photo et de la sauvegarder en temps réel sur le PC.
Le Hisense C20, un mobile premium chinois ?
Le Hisense C20, un mobile premium chinois ?

Test : L’Hisense C20, l’iPhone 4 étanche sous stéroïdes et Androïd !

Hello les Otakus ! Encore un test hardware, sur un téléphone cette fois-ci ! Alors oui, j’ai encore changé de téléphone (le 3ème en  6 mois quand même). Après avoir eu un Microsoft Lumia 640 (excellent téléphone, mais manque de compatibilité avec des accessoires externes, même si ça s’est bien amélioré en quelques mois), puis un Asus Fonepad fe375cxg (excellente phablette, mais malheureusement, 1Go de ram sur Android, c’est très limité en terme d’installation de logiciels), me voici avec… Un Hisense  C20 ! Alors j’avoue, c’est une marque que je ne connaissais pas, et que je découvre… Et je dois dis que j’en suis très satisfait ! Voyons cela ensemble…

Un iPhone 4 5″ étanche et résistant !

Bon, on le sait tous, les chinois, en R&D… C’est pas encore ça. Cependant, le téléphone a une ligne très agréable : En effet, il reprend celle de l’iPhone 4, sur le format de l’iPhone 6. Ainsi, le téléphone a une finition premium : Dos en verre, cerclé d’acier… Rien à signaler sur la qualité de fabrication, c’est même le téléphone le plus haut de gamme que j’ai eu à ce jour !

Vraiment, le Hisense C20 a de la gueule !

Vraiment, le Hisense C20 a de la gueule !

Ensuite, Hisense a pris soin d’en faire un téléphone super résistant. Outre le verre en Gorilla Glass 4 à l’avant et à l’arrière, le téléphone est étanche  et résistant au chocs, notamment grâce à deux bandes de caoutchouc en haut et en bas du téléphone. Moi j’ai tout simplement craqué en le voyant au téléphone ! Seul petit bémol : Le téléphone est étanche uniquement avec son bouchon pour étanchéifier la prise écouteur et celui de la trappe pour la carte SIM et le chargeur… Il faudra donc faire bien attention à ce que tout cela soit bien fermé, sinon, c’est la cata….

La trappe contenant le port Micro USB du Hisense C20

La trappe contenant le port Micro USB du Hisense C20

Mais les téléphones chinois, ça rame ?

J’avoue les caractéristiques du téléphone m’ont étonnées. Disposant de 3go de ram, le téléphone excelle en multi-tâche ! D’un autre côté, le processeur me paraissait un peu juste – un Snapdragon 415 cadencé à 1.3 GHz – mais en réalité, c’est un processeur moderne et surtout octo-core ! Ce qui va bien avec la philosophie du téléphone… Je pense même que cette configuration est plus équilibrée qu’un Snapdragon 615 + 2Go de RAM 😉 ! Le téléphone s’en sort avec un score Antutu de 30928, à comparer avec votre mobile actuel 😉 !

Niveau jeu, rien à signaler. On a affaire à un Adreno 405, qui fonctionne plutôt bien sur les jeux. Tout juste ai-je a signaler un manque de FPS dans un jeu comme Real Racing 3, tournant visuellement entre 20 et 30 fps, mais ça reste très jouable et acceptable, surtout compte tenu du prix du smartphone 😉 !

On peut jouer à Crazy Taxi OKLM 8-) !

On peut jouer à Crazy Taxi OKLM 😎 !

Niveau stockage, on a droit à 32go de ROM, assez rapide au passage, mais pas de carte SD – mais étant donné l’espace de stockage disponible, c’est loin d’être handicapant, et c’est bien plus pratique que d’avoir un téléphone avec 8go de ROM et une carte SD de 64go par exemple…

L’écran doit être pourri alors ?

Même pas ! Bon, certes, c’est pas l’écran du siècle. Mais c’est tout de même un écran IPS HD (attention, pas full HD). C’est plutôt joli, la résolution permet de ne pas trop tirer sur le processeur graphique, et la densité sur un 5″ est tout de même de 294ppp, ce qui reste très bon, sachant que j’avais la même résolution sur mon Fonepad, sauf qu’il faisait 7 pouces…

L'écran du Hisense C20 reste de qualité !

L’écran du Hisense C20 reste de qualité !

Un petit bémol : en plein soleil, l’écran devient vite illisible, faute à une luminosité insuffisante de celui-ci. Dommage, surtout pour moi, qui habite sur une île tropicale !

Les photos ? Une bonne surprise !

Vu la qualité des photos de mon Asus Fonepad, je m’attendais au pire… Mais que ne fut ma surprise de me retrouver avec des photos de relative bonne qualité ! Avec ses 13 megapixels en arrière et 5MP en façade, c’est amplement suffisant pour faire des photos à diffuser sur Instagram, facebook ou Twitter ! Du coup, je valide, même si bien entendu on reste éloigné d’un iPhone 6S niveau qualité… Voici pour vous une galerie de photos issues du téléphone,  prise avec le capteur dorsal !

Au niveau de la vidéo, cela reste basique, avec du 1080p 30fps, mais à moins d’avoir des besoins spécifique, ça reste encore une fois très correct et au dessus de la moyenne. Le capteur frontal, lui, fait des vidéos en 720p tout de même… Pas mal ! Moi, je valide 🙂 !

La surcouche Vision UI

Le téléphone est livré avec la surcouche vision UI, qui singe… iOS. Ainsi, le téléphone adopte les codes stylistiques d’Apple, tel que les icônes toujours encadrées d’un carré à bords arrondis, la dispositions des 4 icônes favorites en bas de l’écran ou bien encore les applications directement sur le desktop Android.

L’interface est très fluide, avec pas mal de fonctionnalité. Avec toutes mes applications (Facebook, Twitter, WordPress, Tinder, Outlook, Whatsapp, Vine, Fancy, Periscope, Tumblr, Pinterest, Messenger de Facebook, Hangouts, Twitch, Snapchat, Soundcloud et j’en passe), le téléphone ne ralentit jamais – merci les 3go de RAM associé aux 8 cœurs du processeur !

Par contre, il y a quelques soucis esthétiques sur certaines applications, avec par exemple des textes écrit sur 2 lignes sur certaines applications, et des erreurs de traduction ici et là.

L'application SMS et son très moche bouton nouveau message...

L’application SMS et son très moche bouton nouveau message…

Mais bon, je ne vais pas vous mentir, j’ai installé le Lanceur Google Now, Google Messenger et… Roulez jeunesse ! Je me retrouve avec une interface identique à un Nexus, d’autant que le téléphone est livré en 5.1 Lollipop, la version la plus stable et répandue d’Android actuellement 😉 !

Après sur un Android, on peut faire ce qu’on veut : J’ai même réussi à avoir l’interface des Zenphone d’Asus sur cet Hisense…

En revanche, personnellement, j’ai l’impression d’avoir un soucis d’autonomie. Et je ne comprends pas : Le téléphone dispose d’un écran non énergivore, d’un processeur économe, et d’ue grosse batterie de 3100 maH, mais pourtant, difficile pour moi de terminer la journée ? A voir durant la semaine, il est vrai que je n’ai pas encore pu charger le téléphone à 100%, et que j’ai tendance à l’utiliser constamment ces temps ci, l’écran consommant pas mal d’énergie au final… Mais par rapport aux 3 jours d’autonomie de mon Asus Fonepad, ça reste une petite déception…

Mes cycles de charges sont étranges, mais les consommations d'énergies le sont également !

Mes cycles de charges sont étranges, mais les consommations d’énergies le sont également !

Et le téléphone ?

Ben… C’est plutôt bon. Rien à signaler niveau écoute et micro, le son est clair. Peut être un peu métallique en mode main libre, mais contrairement à l’Asus Fonepad, ça reste une utilisation marginale du téléphone.

Le microphone du Hisense C20 est exempt de défauts.

Le microphone du Hisense C20 est exempt de défauts.

Par contre, il capte un peu moins bien que l’ASUS, qui a une conception plastique… On se retrouve avec les « soucis » de l’iPhone 4, cependant, à moins de confiner le téléphone au fond de sa main, il sera difficile de prendre le téléphone à défaut… Le GPS fonctionne lui aussi très bien, même si j’avoue ne pas trop faire attention à ce critère.

Au final, tu valides ?

Et bien, figurez vous que c’est une classe A ! Pour son prix, 270€, et un téléphone vendu en France, donc avec une garantie de 12 mois, je ne vois pas trop quel téléphone pourrait plus me convenir ! Il dispose de 3go de ram pour un multitâche sans faille, d’un processeur 8 cœurs récents et moyen de gamme 2016, le tout associé à une qualité de fabrication sans failles et d’une solidité à tout épreuve !  C’est exactement ce qu’il me fallait, car je suis très maladroit, mais je n’aime pas mettre de coque sur mes téléphones… Il manque la classe S de peu, avec notamment une interface parfois un peu brouillonne et  un écran manquant un poil de luminosité !  Mais honnêtement, à moins de 260€ sur Amazon.fr, c’est une sacrée bonne affaire !

Classe A

Un excellent produit, vous devez au moins l’essayer !

Points positifs

Points négatifs

Une qualité de fabrication étonnante ! Le bouchon cheap protégeant le port casque
Esthétiquement, c’est un très beau bijoux La luminosité de l’écran, insuffisante en plein soleil
La solidité de l’ensemble, impressionnante. Le port USB situé dans un trappe, pas pratique au quoitidien.
L’étanchéité, testé brièvement et fiable
Les performances, au dessus de la moyenne.

Unboxing et mini-test vidéo du Hisense C20

Hello les otakus ! On se retrouve pour un mini-test vidéo et un unboxing du Hisense C20, un téléphone portable chinois moyen de gamme, étanche et renforcé, qui m’a vraiment interpellé… Ayant été surpris de sa réactivité en boutique, j’ai tout simplement craqué ! Il remplacera donc mon Asus Fonepad FE375cxg…

On commence donc par l’unboxing de la jolie petite bête, que vous avez peut-être déjà visionné ci-dessus 😉 !

En plus de l’unboxing, la vidéo qui illustrera l’article est déjà disponible ! Ne sachant pas encore quand j’écrirais ce test, j’ai décidé de « lâcher » la vidéo avant, sur le channel d’Otakugame.fr ! Vous pouvez la visionner ci-dessous ! Un peu d’indulgence, c’est mon premier test vidéo d’un téléphone, ça me permet également de m’essayer à cet exercice, et c’est loin d’être évident ! Essayez vous aussi, vous verrez !

Vous pouvez acheter ce téléphone sur Amazon.fr !

Présentation du Drone Parrot Minidrone Airbone Cargo Drone (Travis)
Présentation du Drone Parrot Minidrone Airbone Cargo Drone (Travis)

Test : Le Parrot Minidrone « Airbone Cargo Drone »

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour un test un peu particulier, car il concerne un petit drone pour lequel j’ai craqué dernièrement ! Vendu une centaine d’euros, le Airbone Cargo Drone tient-il ses promesses ?

Un packaging soigné

La boîte du Drone Parrot Airbone Cargo Drone est vraiment pas mal ;) !

La boîte du Drone Parrot Airbone Cargo Drone est vraiment pas mal 😉 !

Premier point, le packaging est très soigné ! On a droit au drone, des autocollants pour le personnaliser, un petit bonhomme à placer dessus, sachant qu’en plus le drone est compatible avec les LEGO !

Coucou mon petit bonhomme LEGO !

Coucou mon petit bonhomme LEGO !

Côté « CARGO » attention, le drone est incapable de porter plus d’une dizaines de grammes, du coup, même lui coller ma Polaroïd Cube (une Go Pro Like) sous l’estomac a tendance à forcer ses moteurs… Sans compter qu’en l’aimantant sous le drone, ben… Ça lui bouche sa caméra de stabilisation !

View post on imgur.com

Et je décolle…

Niveau contrôle, le drone est un vrai bonheur à contrôler le jour. La stabilisation est très efficace, autant que l’AR Drone (toujours de Parrot) que j’ai au boulot : C’est impressionnant… La nuit, en revanche, ça devient vite un calvaire, car la caméra de stabilisation ne fonctionne pas correctement et le drone à tendance à foncer tout seul dans des murs…

Il est parfois très méchant...

Il est parfois très méchant…

Pas vraiment de caméra embarquée sur ce modèle (si ce n’est la caméra de sol de très mauvaise qualité, avec des photos en 640×480), on doit donc naviguer à vue… Ce qui est loin d’être gênant, mais c’est à savoir ! Et de toutes les façons, sa connectivité en Bluetooth 4.0 le limite à un portée d’environ 20m… Amplement suffisant pour s’amuser cela dit !

J'avoue, j'ai triché, il ne vole pas là....

J’avoue, j’ai triché, il ne vole pas là….

Les cascades habituels (tonneaux avant et arrière, gauche et droite) sont disponible, et c’est un véritable drone miniature Parrot que l’on a entre les mains ! Côté autonomie, on a droit à 9 minutes de vol pour 25 minutes de charges sur un bon chargeur secteur (compter 1h30 sur un ordinateur). D’ailleurs, on peut suivre l’évolution de la charge en temps réel sur l’application FreeFlight 3, extrêmement bien conçue, sur Android et iOS !

Verdict

Evidemment, c’est encore un objet connecté inutile, à l’image du BB-8 de Sphero. Mais encore une fois, il est extrêmement bien conçu. Reposant sur la technologie des drones Parrot, on a ici un très bon produit pour s’initier au pilotage de drones à moindre frais. Vendu 99€, on peut le trouver assez souvent pour une soixantaine d’euros en magasin. Compatible Bluetooth 4.0 (attention, votre téléphone doit donc être assez récent), il consomme peu d’énergie et reste très simple à connecter à son téléphone… Il lui manque juste une petite caméra frontale pour faire un sans fautes 😉 !
Classe A

Un excellent produit, vous devez au moins l’essayer !

Points positifs

Points négatifs

La qualité de fabrication de l’ensemble Autonomie très peu élevée
Le packaging, très agréable à déballer Tout comme BB-8, 99€ pour y jouer 3 minutes, c’est cher.
La maniabilité, excellente
La recharge par câble Micro USB, pratique
La connexion via Bluetooth 4.0, vraiment simple
La Sony Smartwatch 3 et Android Wear disposent d'argument de choc pour séduire les gamers...
La Sony Smartwatch 3 et Android Wear disposent d'argument de choc pour séduire les gamers...

Test : La Sony Smartwatch 3 SWR50, la montre connectée idéale pour les gamers ?

Comme vous le savez, je suis passé à l’Asus Fonepad. Un bon téléphone, limité en RAM – 1go pour Android, c’est limite, j’ai du supprimer Facebook et Facebook Messenger, consommant à eux seul 150mo de mémoire, pour y mettre Facebook Lite – mais un peu gros, il faut l’avouer. Le sortir pour lire un SMS est juste pénible… Jusque là, j’utilisais ma montre connectée, une MyChronoz ZeCircle, qui sert plutôt de traqueur d’activité que de montre connectée, même si elle pouvait notifier les appels entrants (avec le nom de l’appelant), la réception d’un SMS (malheureusement sans aucune information), où bien encore celui d’un email, que j’ai vite désactivé vu le volume d’emails que je reçois… Du coup, dès qu’une notification apparaissait, il me fallait sortir le téléphone pour savoir ce dont il s’agissait : Loin d’être pratique…

Et c’est là que j’ai découvert la Pebble Time

La Pebble Time, c’est une montre connectée à la philosophie Open Source, vraiment intéressante et qui a baissé de 249€ à 169€. Je me suis donc décidé à remplacé mon traqueur d’activité (qui fait office de montre connectée) par une montre connectée, qui puisse faire traqueur d’activité… Ce que fait la Pebble Time grâce à l’application MisFit ! Et surtout… Ce cadran m’a carrément fait craquer :

La Watch face Mario sur la Pebble est juste sublime...

La Watch face Mario sur la Pebble est juste sublime…

En plus, il saute à chaque heure ! Bref, je suis alors parti chercher sur mon île, la Martinique, une de ces montres Pebble, quelle ne fut ma déception de ne trouver que des Pebble Steel à 320€… Hors budget pour moi. En rentrant chez moi, tout en entrant dans chaque boutiques vendant des montres, je suis tombé totalement par hasard sur une Sony Smartwatch 3, que je ne connaissais pas du tout, à 90€ (d’occasion mais comme neuve) pour un prix neuf annoncé de 229€, bien qu’on puisse la trouver à 160€ sur Amazon par exemple. Après une petite hésitation, une brève recherche sur Google, je me suis dit : Pourquoi pas !

Et c’est ainsi que commence mon aventure Sony Smartwatch 3

Ce qui me plaisait sur ma ZeCircle, c’était l’autonomie : 5 jours annoncée, en pratique, je tenais 3 jours avec. La Pebble Time annonce 7 jours d’autonomie. Avec un écran toujours allumé, ce qui est fabuleux. Je ne connaissais pas la SmartWatch de Sony, et j’ai découvert qu’elle possédait un écran LCD transflectif, ce qui lui permet d’être elle aussi toujours allumée, pour une autonomie de 2 jours – Intéressant pour une Android Wear !

Ce qui est génial avec cet écran, c’est qu’il dispose d’un mode Ambiant lorsque vous ne la regardez pas. L’heure y est affiché à l’image des cristaux liquide d’une montre LCD classique, en noir et blanc. Et comme vous pouvez le voir, c’est hyper lisible en plein soleil, c’est un bonheur quand on habite sous les tropiques !

La lisibilité est juste parfaite en plein soleil !

La lisibilité est juste parfaite en plein soleil !

Lorsque vous penchez la montre vers votre visage, celle-ci s’illumine, tout en restant très lisible. Alors certes, les blancs sont un peu jaunâtre, mais bon, c’est la première fois que j’ai un écran aussi lisible en plein soleil… Un très bon point pour moi donc. Et contrairement à l’écran OLED de ma ZeCircle, inutile de toucher l’écran pour lire l’heure. Notez que j’ai désactivé l’écran « Always On » sans avoir un impact significatif sur la batterie… Qui tient toujours plus ou moins 2 jours.

Même avec l'écran lui même allumé, les couleurs ressortent plutôt bien !

Même avec l’écran lui même allumé, les couleurs ressortent plutôt bien !

Le bracelet est vraiment doux et agréable, bien qu’il accroche pas mal la poussière… J’apprécie son système de fermeture, fiable, pratique, et solide : On a juste à le refermer comme un bracelet ! Notez au passage que je ne prends que des montres étanches. C’est le cas de celle-ci, qui répond à la norme IP68, et donc étanche jusqu’à 1,5 m de profondeur pendant 30 minutes. En tous cas, je prends ma douche avec et aucun soucis, tout comme ma ZeCircle d’ailleurs, qui elle, était à la norme IP67 (1m de profondeur, 30 minutes aussi) !

Le bracelet est agréable et de qualité ! Normal, c'est du Sony...

Le bracelet est agréable et de qualité ! Normal, c’est du Sony…

Et côté Smartphone ?

Côté Smartphone, j’ai vraiment du mieux au niveau de la batterie. Il faut dire que je n’y touche quasiment plus, l’écran ne s’allume plus à la moins notification, et je soupçonne que la connexion Bluetooth 4.0 est moins énergivore que d’allumer son écran… Résultat, le téléphone lui aussi dépasse allègrement les 2 jours d’autonomie, frisant même les 3 jours, un régal ! En revanche, notez que la connexion d’un casque Bluetooth (mon Audiomax), lui, fait fondre la batterie à 24 petites heures… Mais bon, on ne peut pas tout avoir !

Une petite Watch Face de Fallout 4 mignonne comme tout !

Une petite Watch Face de Fallout 4 mignonne comme tout !

Et elle sert à quoi cette montre ?

Personnellement, j’adore les montres. J’en ai pas mal, surtout de marque Swatch. Mais celle-ci permet surtout de personnaliser le cadran avec des thèmes liés aux jeux vidéo, et vu mon amour pour ceux-ci je suis littéralement conquis ! C’est comme si j’avais des dizaines et des dizaines de montre en une seule ! Pouvoir changer en deux seconde de Watch Face comme de chemises, c’est vraiment un régal pour les mecs comme moi qui change d’humeur toutes les 5 minutes…

Le cadran Plants vs Zombies, officiel et gratuit, est vraiment Sympa. Merci EA !

Le cadran Plants vs Zombies, officiel et gratuit, est vraiment Sympa. Merci EA !

De plus, on peut également jouer sur sa montre. Bon, ok, ça ne sert pas à grand chose, si ce n’est, par exemple, de patienter un peu avec un mini shoot’em’up en faisant la queue à la caisse, sans avoir à sortir son smartphone… Oui, c’est un truc de feignasse.

N'empêche, Papercraft est un putain de bon Shoot'em'up, avec des mécaniques assez complexes ;) !

N’empêche, Papercraft est un putain de bon Shoot’em’up, avec des mécaniques assez complexes 😉 !

Mais la grosse utilitée, c’est vraiment de se « libérer » des notifications. Inconsciemment, je regarde systématiquement mon téléphone lorsque j’ai une notification, ou que je le sens vibrer. Souvent pour des raisons inutiles. Avec la montre, je vois immédiatement l’ensemble des notifications : Une petite vibration sur le poignet et je vois immédiatement la notification et son contenu, que je peux choisir de supprimer, de consulter immédiatement sur le téléphone en cliquant dessus, ou d’ignorer tout simplement. Evidemment, la taille de mon téléphone (7 pouces) y est pour beaucoup ! Notez au passage que la montre dispose d’une puce GPS et surtout d’une puce Wifi. cela veut dire que vous pouvez être relativement éloigné de votre smartphone tout en y restant connecté, à condition d’être sur le même réseau wifi que celui-ci 😉 !

MAJ du 22 mars 2016 : Petit détail intéressant : Vous pouvez utiliser votre montre en Wifi avec votre Smartphone, celui-ci doit simplement être connecté par Internet ! Cela fonctionne même avec la 3G : testé et approuvé ! Pratique quand on a oublié son téléphone à la maison (par contre impossible de répondre aux appels…) ^^ !

En plus des notifications, vous pouvez également accéder à tout un tas de statistiques sur Google Fit !

En plus des notifications, vous pouvez également accéder à tout un tas de statistiques sur Google Fit !

La reconnaissance vocale est également excellente, ce n’est pas une surprise, puisqu’elle reprend tout simplement l’API « Ok Google », permettant de répondre à vos emails, aux SMS ou de prendre des notes (courtes) de façon aisée. Personnellement, mon élocution ne pose aucun soucis à la reconnaissance vocale, c’est un bonheur à utiliser !

La montre dispose d'un micro, qui permet également de prendre des notes.

La montre dispose d’un micro, qui permet également de prendre des notes.

Enfin, une utilisation commune est tout simplement de piloter visuellement sa musique, sans sortir son énorme smartphone de son sac. Certes, avec le casque, je pouvais changer de chanson, mais ici, cela se fait avec plus de finesse, car je peux sélectionner ce que je veux, comme sur mon smartphone ! Notez que la montre est autonome (GPS intégré d’ailleurs) et peut se connecter directement à votre casque bluetooth pour y diffuser quelques musiques synchronisées au préalable.

Notez également que la montre est bien entendu compatible Android, en faisant d’elle une véritable « iWatch » bon marché pour smartphones AndroidElle est également compatible depuis septembre 2015 avec les iPhone 5, 5c, 5s, 6 et 6 Plus 😉 ! Attention en revanche, le côté applicatif y prend un sacré coup, vu que les applications de la montre sont sur le Google Play Store et s’installent sur votre Smartphone, et non directement sur la montre. Du côté des Windows Phone en revanche attention : Aucune compatibilité prévue ! Vous ne pourrez même pas démarrer la montre pour y afficher l’heure… Vous voilà prévenu ! Parfois je suis quand même bien heureux d’avoir quitté l’univers Windows Phone, malgré ses grands qualités…

Android Wear iOS

Android Wear iOS

Terminons avec les caractéristiques techniques de la montre, que je trouve carrément dingues par rapport à la taille de celle-ci ! Du quadri coeur à 1.2Ghz, 4go d’espace disque et 512mo de RAM, Android Wear n’a pas l’air d’être le plus léger des systèmes d’exploitation… Les caractéristiques ressemblent aux anciens téléphone Android d’il y a quelques années !

 

  • Processeur quadri-coeur ARM A7, 1,2 Ghz
  • 512 Mo de RAM, carte eMMC 4 Go
  • batterie 420 mA (jusqu’à 2 jours d’utilisation normale)
  • Protection contre l’intrusion d’eau : Indice de protection IP 68
  • Capteurs de lumière ambiante
  • Accéléromètre
  • Boussole
  • Gyroscope
  • GPS
  • Bluetooth® 4.0
  • NFC
  • Micro USB
  • Wi-Fi
  • Saisie vocale, tactile et gestuelle
  • Micro
  • Touche physique marche/arrêt/activation
  • Bracelet interchangeable
    • Noir
    • Jaune
    • Acier inoxydable
    • Brun aspect cuir
    • Noir aspect cuir

     

Verdict

Je lui ai laissé sa chance, et je ne suis pas déçu ! l’autonomie de 2 jours aurait pu être meilleure, je pense à la semaine de la Pebble Time notamment, mais contrairement à mon ancien traqueur d’activité, je ne dors pas avec la nuit (elle est assez grosse il faut dire), donc la recharger est simplement une habitude à prendre. Ce que je perd en statistiques (qualité de sommeil notamment), je le gagne en confort d’utilisation des notifications. Alors, c’est vrai, j’aimais le côté Low Cost et « Always On » pendant une semaine de la Pebble Time, mais ici je gagne un écran de meilleur qualité et surtout tactile.  Sans perdre l’étanchéité… Le meilleur des deux mondes ! Au final, c’est un nouvel objet geek, avec mon casque bluetooth, dont je ne me sépare jamais 😉 !
Classe A

Un excellent produit, vous devez au moins l’essayer !

Points positifs

Points négatifs

L’écran réflectif, très lisible en plein soleil ! On aurait vraiment aimé le double d’autonomie…
L’écran toujours allumé, permettant à cette montre de remplir son premier rôle Le tarif, un peu élevé de base (229€)
Les cadrans  (et bracelet)s personnalisables et de qualité Le bracelet accroche pas mal la poussière…
La recharge par câble Micro USB, pratique
La connexion Wifi, évitant les déconnexions intempestives
L'Asus Fonepad 7 remplacera-t'il mon Microsoft Lumia 640 ?
L'Asus Fonepad 7 remplacera-t'il mon Microsoft Lumia 640 ?

Test : L’Asus Fonepad FE375CXG remplacera-t’il mon Microsoft Lumia 640 ?

Ah… La joie des Windows Phone. D’un côté, de sont de très bonne machines, avec une ergonomie et un OS sans faille. Fiables, rapides, c’est toujours un plaisir de retrouver Cortana ,et le graphiste que je suis apprécie énormément l’UI (User Interface) du système, avec son style « Métro » simplifié à l’extrême… Mais d’un autre côté, ne pas pouvoir disposer des applications Playstation App, Périscope, Snapchat (bon ok, je n’utilise aucune de ces deux applications), ou bien encore les applications compagnons de mes jeux préférés, c’est vraiment contraignant sur le long terme…

L'ASUS Fonepad fe375cxg

L’ASUS Fonepad fe375cxg

La solution ? Elle s’est présentée à moi d’elle même : Un ASUS Fonepad 7 sauvage est apparu, au prix de 145€ ! Bon, n’en ayant pas réellement besoin, je me suis dit que c’était encore un caprice de ma part… Mais est-ce un mal ? Ni une, ni deux, je fonce acheter cette « Phablette », que je vais appeler téléphone tout simplement vu que certains font 6″ « oklm » de nos jours… Même un iPhone 6s Plus fait 5,5″ de nos jours ! Et pourtant Apple était contre les grand écran, se contentant « d’agrandir par le haut » son iPhone 5 arguant qu’il était difficile sinon d’utiliser le téléphone à une main… Argument tombant bien sûr en désuétude deux ans après. Et me voilà donc dans l’aventure du téléphone 7″ qui rentre *presque* pas dans la poche…

Un « Phone ». Un « iPad ». Une réforme de l’orthographe et un ASUS « FonePad »…

Tout d’abord, faisons un tour de présentation de la bête : l’ASUS Fonepad est donc un tablette disposant de capacité téléphonique. Les applications la reconnaissent d’ailleurs comme tel, vous permettant de ne pas avoir des « applications smartphone agrandies au format tablette » mais bel et bien des applications au format tablette, souvent d’ailleurs plus complètes que leurs analogues « téléphone », espace à l’écran oblige (même si tout est relatif, on y reviendra plus tard). Les capacités de celle-ci sont ceux qui m’a interpellé :

  • Modèle lancé en septembre 2014 (oui, nous sommes en mars 2016)
  • 19cm x 11cm x 1cm
  • Processeur Intel Atom Z3530 (Quad-Core 1.33 GHz – 64bits x86-64 – Cache 2 Mo) épaulé d’un GPU PowerVR G6430 (celui de l’iPhone 5S)
  • Dalle IPS Oleophobic capacitive de 7 pouces avec résolution de 1280 x 800 pixels (221 ppi, occupe 67% de la surface avant de l’appareil)
  • offrant un meilleur rendu de couleurs et des angles de vision larges
  • Mémoire de 1 Go (DDR3) et stockage eMMC de 8 Go
  • Compatible 3G (double slot pour cartes micro SIM)
  • Communication sans fil Wi-Fi N et Bluetooth 4.0
  • 1 port audio 2-en-1 (casque/micro)
  • 1 slot pour carte mémoire Micro SD (jusqu’à 64 Go)
  • Webcam frontale de 0.3 Mégapixels + webcam arrière de 2 Mégapixels
  • Deux haut-parleurs frontaux intégrés avec technologie SonicMaster
  • GPS, Capteur de proximité, accéléromètre et boussole
  • Batterie Li-Polymère 1 cellule 3950 mAh
  • Autonomie annoncée de 316h en veille, 11h30 minimum en multimedia/2G, 21h en 3G.
  • Système d’exploitation Android 4.4 (KitKat), mise à jour possible en Lollipop 5.0.1 SANS AUCUNE BIDOUILLE (via paramètre -> Mettre à jour)

Voilà pour le pédigré de la bête ! Personnellement, voir le logo Intel sur la boîte et un Atom sur le marché mobile, ça a directement attiré mon attention, d’autant plus que j’ai une DELL Venue Pro 8 à la maison, utilisée notamment  la Gamescom, et elle fait des merveilles sous Windows 10 ! Cependant, le feeling est ici bien différent, car autant cette Venue Pro 8 est un véritable PC, avec tout ce que ça engendre (applications non optimisées tactile), autant cette tablette/téléphone, elle, est sous Android, parfaitement adapté à cela ! On se retrouve donc avec un hardware pas très commun, mais théoriquement très véloce, et vu la taille de l’engin, une batterie énorme !

Et au déballage, ça à l'air un peu énorme quand même...

Et au déballage, ça à l’air un peu énorme quand même…

Esthétiquement parlant, je trouve cette tablette sobre, très semblable aux tablettes de Samsung. L’appareil est d’ailleurs cerclé d’un contour gris qui me semble être un plastique d’excellente qualité (et non une imitation chrome qui se barre après 3 mois d’utilisation), ce qui lui donne un petit côté classe… Et puis c’est ASUS ! La même marque que mon ordinateur portable, que j’adore !

L'Asus ROG et l'Asus Fonepad se rencontrent... Un moment émouvant.

L’Asus ROG et l’Asus Fonepad se rencontrent… Un moment émouvant.

Ouais mais moi, j’veux pas téléphoner avec un pavé à la gueule !

La vraie question est de savoir : A qui s’adresse ce genre de produit ? Et bien à moi ! Je m’explique : J’utilise mon téléphone dans 99% des cas pour répondre à mes mails, gérer mes sites internet ou envoyer des Whatsapp. Ce sont des activités qui utilisent d’ailleurs pas mal de batterie sur un téléphone classique, car l’écran reste constamment allumé… J’appelle très rarement, la plupart de mes communications étant par mail ou éventuellement SMS. Enfin, j’utilise de plus en plus les réseaux sociaux pour vous répondre, car vous êtes de plus en plus nombreux dessus… Cependant, j’habite une jolie île ensoleillée, je n’aime pas toujours rester à la maison pour faire tout cela. Je pense que vous l’avez compris : L’Asus Fonepad est une véritable petit bureau mobile.

Quand tu cliques sur partager et que tu vois cette liste pour la première fois, t'as envie de pleurer !

Quand tu cliques sur partager et que tu vois cette liste pour la première fois, t’as envie de pleurer !

Alors certes, on peut toujours recevoir un appel et y répondre directement depuis l’appareil. C’est pas aussi ridicule que ça en à l’air, surtout si c’est ponctuel. Excellent point, deux haut parleurs ayant été placé en façade, c’est l’un des meilleurs téléphone que j’ai connu en mode main libre ! Le son est clair et audible, même dans un environnement bruyant. Mais, personnellement, j‘ai souvent avec moi  mon casque bluetooth Audiomax (pas très cher en plus et d’excellente qualité) et ma montre connectée (une ZeCircle), donc je réponds tout simplement avec mon casque bluetooth 😉 !

Au pire, voici la différence de taille entre les deux. Sachant que le 640 est déjà un gros téléphone...

Au pire, voici la différence de taille entre les deux. Sachant que le 640 est déjà un gros téléphone 5″…

Sinon, puisque vous insistez, oui, le Fonepad peut être utilisé comme un gros téléphone (à l’image d’un iPhone 6S Plus) et je ne pense pas que cela soit *si* choquant que cela pour votre environnement immédiat. Si vous outrepasser les railleries auquel vous serez confronté, vous vous rendrez compte qu’ASUS ayant eu la très bonne idée d’affiner les bordures de l’écran sur les bords droit et gauche. dommage qu’il en soit pas ainsi sur les bord haut et bas de l’appareil… Notez au passage que l’on peut saisir l’appareil d’une main (mais il parait que j’ai de grandes mains), et que les boutons sont située sur le bord arrière de l’appareil, facilitant la saisie de ceux-ci ! Niveau poids, l’appareil reste léger avec seulement 299 grammes.

l'Asus Fonepad 7 tient dans la main mine de rien !

l’Asus Fonepad 7 tient dans la main mine de rien !

Notez au passage que le téléphone est double SIM, vous évitant de devoir en trimbaler un autre. Heureusement vu la taille du monstre ! La gestion des deux SIM est très simple, c’est vraiment facile de s’y retrouver et à configurer. On peut même basculer les appels d’une ligne à une autre, si l’une des deux ligne venait à ne pas capter le réseau. Bref, tout comme mon Lumia 640, c’est du tout bon à ce niveau !

Les options de la gestion de la double SIM

Les options de la gestion de la double SIM

C’est pas l’OS qui fait les APPS, c’est les APPS qui font l’OS !

J’ai déballé l’appareil sous Android 4.3 et effectué donc mes premiers pas sous Android Kitkat. Une version très sympathique et suffisante d’Android, mais j’ai acheté ce Fonepad car ASUS effectue un suivi pas trop mauvais sur l’engin, que l’on peut donc mettre à jour en Android 5.0.1, ce qui n’est pas trop mal, même si les versions 5.1 et désormais 6.0 sont déjà disponibles… Si l’interface est très sympathique, c’est un peu compliqué de s’y retrouver la première fois lorsque l’on vient de Windows 10 mobile. Sur Windows 10 mobile (et Windows Phone), du fait du manque d’application, on a tendance à utiliser très souvent les bases du téléphone, c’est à dire le navigateur web Microsoft Edge, l’application mail par défaut, l’application calendrier, l’application photo, facebook et c’est à peu près tout… Les applications ont des représentation visuels de l’informations. L’application mail montre les derniers mails sur la page d’accueil, les derniers rendez vous sont également présenté par l’application calendrier, bref, au lieu d’être iconographée, c’est le contenu de l’application qui permet de l’identifier. Et surtout, toutes les applications ont la même présentation, donnant un aspect très fini « et maîtrisé » à l’OS, bien que limité. Fort heureusement, tout cela fonctionne très bien…

On dira ce qu'on veut, mais ne plus stresser de la disponibilité d'une application est un luxe.

On dira ce qu’on veut, mais ne plus stresser de la disponibilité d’une application est un luxe.

Chez Android, c’est tout l’inverse. On peut faire ce qu’on veut. Paradoxalement, c’est comme avoir un PC sur soit, un peu à l’image de ce que devrait être philosophiquement un Windows Mobile 10 ! On peut afficher ce que l’on veut sur l’écran d’accueil, chaque application à d’ailleurs son propre design, ça propre façon de fonctionner ! S’il est vrai que ça donne une ambiance assez… Carnavalesque, je dirais, il faut avouer que les possibilités sont infinies. Pour un gamer, quoi de plus jovial que de retrouver ses applications Playstation App (et Messenger), Xbox Smartglass, Steam et Twitch sur son mobile, avec un écran aussi énorme… Mis à part Smartglass (même pas en superior version, vu que la version Android est identique), aucune de ces applications n’est disponible sur Windows Phone. Pire encore, Microsoft se plante lui même le couteau dans le dos, car mon application Windows Phone préférée, Outlook Mobile, est disponible sur Android ! Je me suis d’ailleurs empressé pour l’installer aux côté de Gmail… Le meilleurs des deux mondes.

En tant que gamer, Androïd est un véritable bonheur !

En tant que gamer, Androïd est un véritable bonheur !

Je redécouvre également les services Google Maps, l’application Youtube, mais aussi des applications comme le messenger de facebook, bien plus agréable à utiliser sur Android avec ses bulles qui occupe tout l’interface (et aussi bien plus intrusif au passage). Je découvre également que je n’ai rien manque avec Périscope de Twitter, ni avec Snapchat, qu’au final je n’ose même pas installer. On peut également parler du cas de Sphero BB-8, dont l’application n’est disponible que sur Windows 10 dans sa version Star Wars.

Pour sphero BB-8, les possibilités sont décuplées !

Pour sphero BB-8, les possibilités sont décuplées !

Ici, on peut utiliser l’application Lightning Lab qui permet de paramétrer les moindres détails de BB-8 et lui faire faire des choses insoupçonnées ! Les possbilités et l’intérêt de celui-ci s’en retrouve décuplée !

On peut même carrément le programmer !

On peut même carrément le programmer !

En revanche, je trouve toujours le clavier tactile de Windows Phone supérieur à celui d’Android (ou de iOS), sans que je ne puisse l’expliquer. Je pense que sa simplicité me plait. Cela dit, je vais tenter de trouver un clavier sur le marché Android : C’est aussi ça la magie de l’OS de Google : c’est qu’il est 100% personnalisable ! Par contre, une fonctionnalité me manque énormément, surtout sur un écran de cette taille, est le double tap de l’écran pour réveiller l’appareil… C’est super pratique sur les téléphone qui n’ont pas de bouton en façade, ce qui est le cas de ce Fonepad 7 (et du Lumia). Devoir le réveiller en appuyant sur le bouton du côté, je trouve ça contraignant. Enfin, terminons avec une remarque sur l’espace disponible. En mettant à jour votre téléphone en Lollipop, celui-ci utilisera 4,1go (!) d’espace sur les 8go disponible. Autant dire qu’il ne reste plus grand chose pour installer vos applications, une fois les mises à jour faites (car oui, les mises à jour des applications internes au smartphone se dupliquent sur votre partition utilisateur !). Du coup, une fois tout mis à jour, il vous reste un peu moins de 2,5Go d’espace disque… Et quand je vois qu’une application Android fait en moyenne 100mo, je comprends bien qu’il me faudra utiliser cet espace avec parcimonie ! D’autant plus que contrairement à Windows 10 mobile, on ne peut pas installer n’importe quelle application sur la carte SD, et de toutes les manières, c’est toujours UNE PARTIE de l’application qui est transférée sur cette dernière… Bref, c’est un facteur limitant, je vous conseille fortement, pour Android Lollipop, de vous diriger vers une version 16go, sous peine de ne même pas pouvoir installer un gros jeu…

En plus, le téléphone me prévient que les ultraviolets vont me tuer :( !

En plus, le téléphone me prévient que les ultraviolets vont me tuer 🙁 !

A propos de place… J’utilise APP2SD pour déplacer l’intégralité de mes application sur ma carte SD externe, une 32go de classe 10, partitionnée avec une partition EXT4 de 16go, le reste étant en FAT32… Par contre, j’ai du rooter l’appareil pour faire cela. Vous pouvez retrouver ce tutoriel pour rooter votre Asus Fonepad.

Et niveau performances, ça donne quoi au niveau de cette tablette ? Euh smartphone… Enfin Smartablette ! Whatever it is !

Niveau performances, il faut savoir qu’Android (dans sa version 4.3) ne gère pas le multitâche comme un Windows Phone. Il ne faut donc pas hésiter à fermer des applications, surtout avec 1go de ram, qui est, dans me monde d’Android, le minimum pour avoir une expérience agréable… Ainsi, passé 4 applications lancées, des ralentissements se font ressentir. Rien de bien méchant, on passe d’animation à 60 fps à 30 fps, ou l’on a des micro délais de l’ordre de la seconde pour l’affichage du clavier, mais je trouve que ce genre de petit ralentissements ne devraient pas avoir lieu sur un appareil type « téléphone » doté d’un gigaoctet de ram et d’un processeur Quad Core Intel  capable d’éxecuter Dirt 3 lorsqu’il est sous Windows (même si c’est graphiquement pourri) ! Cela dit, l’expérience globale est exceptionnelle pour un appareil à moins de 150€, couplé à la dalle IPS et ses très bon angles de vue, c’est une prestation presque digne auquel on a droit ici ! 

MAJ : Après un passage en Android 5 Lollipop, la tablette est juste une merveille à l’utilisation ! La gestion de la ram a vraiment progressé, et avoir 1go de ram n’est plus du tout un handicap… Inutile de se soucier des applications ouvertes ou fermées, je n’ai plus du tout de ralentissements, même avec 20 applications ouvertes ! De plus, le lanceur d’Asus intègre une fonction pour récupérer de la mémoire, qui ferme automatiquement tous vos processus ouvert.. Bref, vous l’aurez compris, c’est un grand pas à ce niveau !

Lollipop sur l'Asus Fonepad 7 FE375

Lollipop sur l’Asus Fonepad 7 FE375

En parlant de l’écran… Si sa résolution est satisfaisante (sans entrer dans les délires rétina), force est de constater qu’il possède un effet miroir très dérangeant en pays tropical, d’autant plus que sa luminosité est plutôt faible. Résultat : Impossible d’y voir quoi que ce soit en plein soleil ! Après, je pense que c’est également du à la taille de l’écran, rare étant les écran de plus de 7″ lisible au soleil sans avoir une dalle mate… Mais globalement, en intérieur, sa prestation est plus que satisfaisante, avec des couleurs qui chatoient l’œil : Un véritable régal !

L'écran du Fonepad est vraiment sympa. Pas de pub mensongère ici.

L’écran du Fonepad est vraiment sympa. Pas de pub mensongère ici.

Niveau photos et vidéo, c’est un peu la catastrophe. Je ne vais même pas parler du capteur frontal en 0.3 megapixel (640×480), qui fait juste acte de présence, mais de celui au dos de l’appareil. Il ne pourra être utilisé qu’en cas de dépannage, car il est vraiment de mauvais qualité… Ce n’est pas les 2 megapixels qui sont en cause, loin de là, mais bien la précision des photos ainsi que l’autofocus, quasi inexistant. Il y a bien des modes qui tentent de rattraper cela, mais je ne suis vraiment pas convaincu… Les photos sont passable le jour, mais la nuit, ce n’est même pas la peine d’espérer faire une photo potable. D’autant plus que la tablette ne dispose de pas flash ! Cela dit, je trouve qu’il est aussi ridicule de téléphoner avec une tablette que de prendre des photos avec, alors l’un dans l’autre…

Niveau vidéo, ça reste acceptable je trouve le résultat plutôt bon, meilleurs qu’en photographie, tout en se limitant à du 720p. Les couleurs restent équilibrées sans que ce ne soit exceptionnel, après ça reste des vidéos à garder sur son smartphone ou à envoyer par email, dans mon cas, je trouve cela convenable. Voici un petit extrait ci-dessous.

Terminons avec un mot sur l’autonomie, qui est évidemment très bonne. En l’utilisant avec parcimonie, les 2 jours d’autonomie sont loin d’être une arlésienne ! Personnellement, en l’utilisant de façon habituel, j’ai tenu 1 jour et demi, c’est à dire une trentaine d’heures tout de même (Il parait que la moyenne tourne à 37h), avec le smartpower activé, et une nuit de sommeil (bah ouais, pendant 8h, j’ai pas touché à l’appareil). le gros avantage, c’est qu’avec ce genre d’appareil, on a plus peur de se balader sur Twitter de peur d’user la batterie, ou de regarder des streaming Twitch sur la plage des Salines, avec un écran énorme – mais toujours illisible en plein soleil. Dommage… Je comprends mieux pourquoi mon téléphone me prévenait de ne pas rester au soleil avec les ultraviolets !

Verdict

Ça peut paraître étrange, mais après avoir pesé le pour et le contre, j’ai sauté dans l’aventure phablet Android. Les possibilités énormes permettent amplement de se passer d’un ordinateur, d’un téléphone et d’une tablette tactile, et de n’avoir qu’un appareil sur soit. Si cela peut surprendre la plupart des personnes qui vous croiseront avec, si vous n’utilisez pas la fonction téléphone de votre smartphone, que vous vous déplacez souvent en voiture et que vous avez toujours un sac avec vous, vous pouvez sans crainte vous lancer dans cet aventure, permettant en plus de disposer d’un device relativement puissant pour un prix dérisoire ! Après, si vous avez tendance à sortir souvent votre smartphone, téléphoner, prendre les transports en communs ou prendre des photos, je ne peux que vous déconseiller cet achat, qui ne vous correspondra probablement pas… Et de vous diriger vers d’autres téléphones, pourquoi pas un Windows Phone ?

Classe A

Un excellent produit, vous devez au moins l’essayer !

Points positifs

Points négatifs

Les haut-parleurs en façade, d’excellente qualité Forcément encombrant, mais ça va avec l’écran…
L’écran IPS, très lisible et agréable ! Les appareils photos, de très mauvaise qualité.
Le rapport qualité/prix/autonomie, imbattable La luminosité trop faible, rendant le superbe écran IPS illisible au soleil..
Le port Micro SD, se raréfiant de nos jours.
La taille de l’écran, idéal pour travailler ou visionner des vidéos.